Gatineau, 13 novembre 2019 — Le syndicat des Teamsters a décidé d’interrompre le piquetage à la résidence le Monastère de Gatineau afin de donner une chance aux négociations de redémarrer.

Cependant, la grève se poursuit puisqu’il n’y a aucune entente entre les parties.

La grève déclenchée le 30 septembre dernier touche quelque 110 travailleurs et travailleuses affiliés-ées à la Section locale 106 du syndicat des Teamsters.

« Aucune rencontre de négociation n’est prévue pour le moment, a tenu à préciser le président de la Section locale 106 des Teamsters, Jean Chartrand. On se réserve le droit de déployer à nouveau les lignes de piquetage puisque le débrayage n’est pas terminé. »

Le litige porte principalement sur les salaires des travailleurs et travailleuses de l’établissement. Les syndiqués sont à la recherche d’une nouvelle convention collective qui leur permettra de bénéficier de conditions de travail équivalentes à celles qui prévalent dans d’autres établissements qui appartiennent au Groupe Chartwell. On remarque une disparité de plusieurs dollars de l’heure pour certains corps de métier.

Démissions et pétition

Des discussions avec les salariés-ées ont permis de conclure que plusieurs d’entre eux et elles songent à quitter leur emploi. Six salariés-ées ont déjà quitté le Monastère depuis le début de la grève et plusieurs autres songent à les imiter.

En tout, près d’une vingtaine de travailleurs-euses pourraient avoir quitté d’ici quelques semaines puisqu’ils sont exaspérés de l’attitude de l’employeur et des conditions de travail insuffisantes. Il va sans dire que ces démissions auront un impact direct et important sur la qualité des soins et des services offerts aux résidents et résidentes.

Le phénomène n’est pourtant pas nouveau. De plus en plus de salariés-ées du privé quittent pour aller travailler ailleurs, voire même dans d’autres secteurs d’activités. Pourtant, il y a de plus en plus de personnes âgées au Québec et les besoins augmentent. Le secteur privé est essentiel pour répondre au nombre grandissant d’aînés qui souhaitent être hébergés, mais le privé n’ajuste pas ses conditions aux travailleurs.

D’autre part, une pétition a circulé au cours des dernières semaines. Les résidents-es demandent à la direction de l’établissement de reprendre les pourparlers et d’en venir à une entente avec les salariés-ées.

Cette pétition sera déposée très bientôt à la direction du Groupe Chartwell.

Certains aînés songent même à quitter le Monastère, insatisfaits de la manière dont les travailleurs sont traités. 

« Quand des résidents disent qu’ils veulent s’en aller par solidarité avec les travailleurs, c’est un signal très fort envoyé à la direction de l’établissement, conclut Jean Chartrand. Les dirigeants de Chartwell ont tout intérêt à ce que le conflit ne s’éternise pas; ils pourraient nuire à la réputation de l’entreprise en continuant à ignorer les hommes et les femmes qui prennent soin avec dévouement de leurs clients. »

Le syndicat des Teamsters est disposé à reprendre les négociations avec l’employeur. Les prochains jours détermineront si celui-ci est sérieux dans sa volonté de dénouer l’impasse, ou non.

Le syndicat des Teamsters représente les intérêts de plus de 35 000 travailleurs-euses au Québec dans plusieurs secteurs dactivités, dont plus de 1000 dans les CHSLD, résidences privées pour aînés et ressources intermédiaires. Teamsters Canada et ses 125 000 membres sont affiliés à la Fraternité internationale des Teamsters, dont leffectif syndical est de 1,4 million de membres en Amérique du Nord.

-30-

Renseignements :
Stéphane Lacroix, directeur des Communications et des Affaires publiques
Portable : 514 609-5101
slacroix@teamsters.ca