Laval, 8 décembre 2019 — La Commission permanente sur l’eau, l’environnement, le développement durable et les grands parcs recommandait hier à la ville de Montréal et à ses arrondissements que les Publisacs soient désormais distribués sur demande seulement (opt in), plutôt que de permettre aux citoyens de ne pas y être abonnés comme c’est le cas présentement (opt out). Cette annonce fait suite à une série de consultations effectuées par la ville de Montréal. 

Un éventuel règlement de la ville de Montréal qui appliquerait les recommandations de la commission provoquerait la disparition du Publisac.

La Section locale 1999 du syndicat des Teamsters s’y oppose catégoriquement puisque cela aurait des impacts négatifs très importants sur des travailleurs-euses, des aînés et des familles à revenu modestes.

L’autre conséquence à prévoir est la fin des 140 emplois syndiqués dans l’usine où les circulaires qu’on retrouve dans les Publisacs sont imprimées. Rappelons que ces hommes et ces femmes gagnent de bons salaires et contribuent à la santé économique de leurs communautés, de la province et du pays en payant des taxes et des impôts.

Ces salariés sont membres de la Section locale 1999 du syndicat des Teamsters.

Une source d’économies

Les aînés et les familles à revenu modestes trouvent dans le Publisac un moyen rapide, simple et efficace d’économiser sur des denrées de base comme des fruits et des légumes.

« La mairesse Plante ne doit pas se laisser aveugler par les soi-disant bénéfices de la disparition du Publisac, exhorte Michel Héroux, président de la Section locale 1999 du syndicat des Teamsters. Des milliers de familles et d’aînés comptent là-dessus pour maximiser leurs emplettes d’épicerie toutes les semaines. »

Le Publisac est aussi un moyen de distribuer les hebdomadaires de quartiers. Ces journaux sont très importants pour la vie économique, sociale et culturelle des arrondissements. Des études démontrent d’ailleurs que la disparition des hebdomadaires à un impact négatif sur la démocratie.

Enfin, on compte environ 150 distributeurs du Publisac sous contrat à travers le Québec, dont une quarantaine à Montréal. Ceux-ci emploient environ 3 500 personnes au Québec et 600 à Montréal ensachent et distribuent les circulaires et les journaux locaux. Pour certains de ces travailleurs, c’est une manière de boucler leur budget.

« On va s’opposer avec détermination à la ville de Montréal si elle veut passer à l’action et nous ne serons pas seuls dans cette bataille, met en garde le leader syndical. Ce n’est pas en nuisant aux travailleurs-euses et à des familles défavorisées qu’on fait évoluer une société. »

Conférence de presse

Une conférence de presse aura lieu à ce sujet demain matin au Centre Mont-Royal :

Où : Centre Mont-Royal, 2200 Rue Mansfield, Montréal, QC H3A 3R8

Quand :  Lundi le 9 décembre, à 11 h

Qui : 

TC Transcontinental
Isabelle Marcoux, présidente du conseil, TC Transcontinental
François Olivier, président et chef de la direction, TC Transcontinental

Ville :

Pascal Cloutier, maire de Dolbeau-Mistassini et président, Alliance Forêt Boréale

Syndicats

Luc Vachon, président, Centrale des syndicats démocratiques (CSD)
Stéphane Lacroix, directeur, Communications et relations publiques, syndicat des Teamsters
Alexandre Guérette, représentant syndical, Syndicat des travailleurs industriels et commerciaux (STIC)

Journaux locaux

Benoit Chartier, président du conseil d’administration, Hebdos Québec, et président et éditeur, DBC Communications inc.
Andrew Mulé, vice-président et directeur général, Métro Média

Papetière

Yves Laflamme, président et chef de la direction, Produits forestiers Résolu

Le syndicat des Teamsters représente les intérêts de plus de 35 000 travailleurs-euses au Québec dans plusieurs secteurs d’activités. Teamsters Canada et ses 125 000 membres sont affiliés à la Fraternité internationale des Teamsters en Amérique du Nord.

-30-

Renseignements :
Stéphane Lacroix, directeur des Communications et des Affaires publiques
Portable : 514 609-5101
slacroix@teamsters.ca